L’Allemagne sort du nucléaire

Le 6 juin prochain, le gouvernement allemand présentera son projet pour sortir irrévocablement du nucléaire. Angela Merkel vient de donner son accord pour que d’ici 10 ans, les dix-sept centrales d’Allemagne encore en fonctionnement (les sept plus anciennes ayant déjà été arrêtées suite à la catastrophe de Fukushima) soient définitivement fermées.

Faut-il sortir du nucléaire ? C’est la question que nous avons posée à Monique Sené, scientifique, pré­si­dente du Groupement de scien­ti­fiques pour l’information nucléaire (GSIEN) et à Francis Sorin, journaliste, directeur du pôle information de la Société française d’énergie nucléaire (SFEN). Pour lui, « la France n’a rien à gagner à sor­tir du nucléaire mais beau­coup à perdre ». Il tient à souligner que la France n’ayant « ni char­bon, ni pétrole, ni gaz » cette éner­gie garan­tit l »indé­pen­dance » du pays.

Mais à cette question, l’Allemagne a répondu oui. En 2022 en effet, les dix-sept centrales actuelles ne fonctionneront plus. En France, où 80% de l’électricité produite vient du nucléaire (contre 23% en Allemagne) , la situation n’est évidemment pas comparable. Si les Verts saluent aujourd’hui l’initiative allemande, l’UMP et le PS se montrent beaucoup plus réticents, indique ainsi Le Figaro.

Et en Allemagne, les industriels commencent à s’inquiéter rapporte Les Echos. Sans électricité suffisante, comment feront-ils tourner leurs machines ?

Où trouver l’énergie ?

Soit ils iront la chercher ailleurs –en France par exemple- soit ils compteront, dans leur pays, sur la production à outrance de centrales thermiques à charbon, pas du tout écologiques.

Alors quelle est la bonne solution ? Pour Nicolas Hulot, la France ne doit pas « continuer à s’entêter » sur la voie du nucléaire. (Source Le Monde) Cette technologie a prouvé sa dangerosité évidente et dévastatrice au Japon, et d’autres énergies pourraient la remplacer.

Pour Monique Sené, interrogée sur VousNousIls, c’est possible « à condi­tion de prendre le pro­blème à bras le corps, de déve­lop­per la recherche sur les éner­gies renou­ve­lables et de se doter d’un pro­gramme pour satis­faire les besoins du pays en élec­tri­cité. Il faut aussi réduire le gas­pillage : iso­ler les mai­sons, offrir aux usines des tech­no­lo­gies moins éner­gé­ti­vores… ».

Mais pour la présidente du groupe nucléaire français Areva, Anne Lauvergeon, la fermeture des sept centrales les plus anciennes en Allemagne a déjà « entraîné un renchérissement significatif des coûts de l’électricité en Allemagne, avec des conséquences pour la base industrielle installée ». (Source Le Monde)

Santé, environnement, économie, industrie : données incompatibles ?

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.