Des masters en alternance pour les enseignants

Luc Chatel et Valérie Pécresse ont annoncé la création, dès la rentrée prochaine, de masters en alternance pour améliorer la formation des futurs enseignants.

Les deux ministres participaient, lundi 23 mai, à une table ronde à l’université de Cergy-Pontoise en présence d’étudiants se destinant à l’enseignement. « Le dispositif sera lancé dans une trentaine d’universités et huit académies pilotes dont celles de Versailles, Lille ou encore Aix-Marseille et visera quelques centaines d’étudiants » a annoncé Luc Chatel. Cette mesure vient compléter la réforme de la formation des professeurs amorcée en septembre 2010. « Une réforme qui, selon Luc Chatel, n’est pas la caricature que l’on a pu nous décrire : depuis son application, nous n’avons pas eu plus de démissions d’enseignants qu’auparavant. »

Quelles seront les modalités de ce nouveau cursus ? « En parallèle de leur formation universitaire, les étudiants pourront effectuer dès la quatrième année d’études supérieures (master 1) un contrat d’enseignement de trois à six heures par semaine ou occuper un poste d’assistant pédagogique à mi-temps. » Pour l’instant, seuls quelques centaines d’enseignants sélectionnés pourront accéder à ce type de cursus, dont près de deux cents pour la seule académie de Versailles. Les critères de sélection n’ont pas été précisés: si Valérie Pécresse réclame une sélection sur critères sociaux, Jean-Pierre Chevalier, directeur de l’IUFM de Cergy-Pontoise, préfère privilégier les « meilleurs élèves ».

Pour les syndicats, le principe de l’alternance est une très bonne idée, mais ils critiquent sa mise en application. Pour Joël Péhau, secrétaire national du SE-Unsa : « Dans le projet de Luc Chatel, il n’y a que trois à six heures de terrain prévues par semaine, c’est l’équivalent de 20% du temps sur l’année. C’est un ersatz de master en alternance. » Le Snuipp-FSU dénonce quant à lui « la non-reconduction des binômes débutant-maître formateur en primaire jusqu’à la Toussaint et la place imparfaite du concours ». Pour la SE-Unsa et la FSU, « ce dispositif pilote évite surtout de rouvrir le chantier de la formation des enseignants ».

Source(s) :
  • AFP, Libération, Rue 89, La Tribune, Le Figaro

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.