Le plan de lutte contre le harcèlement à l’école, présenté ce mercredi en conseil des ministres, n’intègre pas la suppression des profils Facebook des élèves harceleurs. Il s’agissait pourtant de la mesure phare du plan de lutte annoncé en clôture des assises nationales sur le harcèlement à l’école par Luc Chatel, début avril.

A l’époque, le réseau social avait prudemment démenti tout accord avec le gouvernement, contrairement aux propos de Luc Chatel. Le site communautaire avait attiré l’attention sur des dispositifs déjà en place, tels que « le Centre de Sécurité de Facebook ainsi que le système de signalement d’abus disponible via des liens sur le site de Facebook ».

Pour « traiter les cas de harcèlement avéré », le plan d’action annonce désormais un guide pédagogique, qui présentera « les procédures à suivre pour traiter les cas de harcèlement entre élèves sur Internet. »