« Education : le ministre ne sait pas compter ». Sous ce titre en une, Libération a comparé les chiffres donnés par Luc Chatel pour justifier ses réformes et ceux dont dispose le quotidien. Sa conclusion est sans appel : « Effectif, budget, résultat, le gouvernement multiplie les annonces tape-à-l’œil […] pour masquer une longue série d’échecs »

L’article revient notamment sur une affirmation de Luc Chatel, il y a quelques semaines, sur Europe 1 : « Le Parlement a voté cette année le budget le plus important qui n’ait jamais été voté : 65 milliards d’euros ». Pourtant, rappelle le journal, selon un rapport de l’OCDE, « la France a diminué sa part de dépense publique consacrée à l’éducation qui est passée de 6,5% du PIB en 1997 à 6% en 2007, soit une baisse supérieure à la moyenne des pays de l’OCDE. »

Libération épingle également Georges Tron qui déclarait fin avril, sur lemonde.fr : « 18.000 professeurs dans le secteur primaire ne sont pas directement en relation d’enseignement avec les enfants ». Mais ce chiffre, d’après Libé, réactualise une statistique tirée d’un rapport de 2005, « enterré par le directeur des personnels enseignants du ministère car il comprenait de nombreux biais ». Ce document, toujours selon Libération, additionnait des heures de décharge syndicale et les congés maladies, et faisait l’impasse sur des dispositifs d’accompagnement pour conclure à un surnombre d’enseignants.

L’article, publié dans l’édition papier datée d’hier, lundi, est accessible ce matin sur le site du journal.