Dans une note intitulée « mission sur le rôle et l’activité des inspecteurs pédagogiques du second degré » dont l’AEF a eu copie, l’Inspection générale de l’Education nationale fait état d’un « malaise » chez les inspecteurs pédagogiques du secondaire.

L’Igen a procédé à plusieurs entretiens avec des inspecteurs pédagogiques au cours d’une enquête réalisée entre novembre 2010 et février 2011 dans les académies de Bordeaux, Nancy-Metz, Nice, Paris et Strasbourg. Les inspecteurs rencontrés ont évoqué « une dispersion des tâches, ‘une fragmentation’ qui manque parfois de sens et d’efficacité ». Ils dénoncent également un « glissement [de leur métier] vers des missions plus généralistes d »inspecteur d’académie’, faisant moins appel à l’expertise disciplinaire ».

L’Igen souhaite donc que le ministère clarifie ses attentes vis-à-vis des IA-IPR, et suggère notamment qu’ils se consacrent en priorité à l’évaluation des enseignements plutôt que des enseignants, et au « pilotage pédagogique » des disciplines touchées par la réforme des programmes.