Cyberintimidation : une nouvelle forme de violence contre les enseignants

Insultes, dénigrements, moqueries, les réseaux sociaux et sites communautaires servent parfois de défouloir à certains élèves qui y humilient publiquement leurs camarades et leurs professeurs. De plus en plus répandue et banalisée, cette pratique est pourtant illégale et constitue un délit clairement identifié : la cyberintimidation.

Le verdict de l’enquête menée en février 2011 par la Centrale des Syndicats du Québec, sur la cyberintimidation dans le milieu scolaire est sans appel : « Les établissements sont démunis face à la cyberintimidation », estiment 74% des sondés.

Les enseignants dénigrés publiquement sur Internet

Sur Internet, n’importe qui peut créer ou rejoindre des groupes de discussions « anti-profs » où s’opèrent de véritables « cyberlynchages » publics et accessibles via Google.

Dans la majorité des cas, la cyberintimidation reste heureusement ponctuelle et se résume le plus souvent à la publication de quelques injures qui ne prêtent pas réellement à conséquence. Mais dans certaines situations, les répercussions sont graves. En 2008, un enseignant canadien a ainsi été interpellé à la fin de son cours par des policiers venus l’arrêter. Ceux-ci avaient eu accès à des messages électroniques dans lesquels ses élèves l’accusaient faussement de pédophilie.

Quels sont les recours en cas de cyberintimidation ?

Si, au Québec, le programme de lutte contre la cyberintimidation subit un relatif échec, en France, les enseignants commencent tout juste à prendre des mesures contre le phénomène. Si la plupart des affaires se règlent généralement entre les murs de l’établissement, certains enseignants choisissent de porter l’affaire devant la justice : des plaintes pour cyberintimidation envers un professeur ont été enregistrées à Marseille, à Megève ou à Cannes.

Des actes simples peuvent également aider à la prévention de la cyberintimidation : sensibiliser les élèves aux risques encourus pour de tels actes, ou taper régulièrement son nom dans les moteurs de recherche pour en vérifier les résultats par exemple.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.