La secrétaire d’État britannique à l’Intérieur Theresa May a annoncé le 22 mars des mesures qui devraient diminuer de 80.000 environ le nombre de visas étudiants accordés par le Royaume-Uni chaque année (soit une baisse de 25%). Ce plan d’action vise surtout à réduire le nombre de travailleurs clandestins qui utilisent les études comme couverture. Les étudiants devront par exemple attester d’un niveau B2 en maîtrise de l’anglais, contre B1 auparavant. Le temps de travail toléré pour un job étudiant sera ramené à 20 heures hebdomadaires. A la fin de leurs études, les étudiants ne pourront pas prolonger leur séjour par un emploi si celui-ci est rémunéré moins de 20.000 livres (22.700 euros) par an. La durée totale des études sera limitée à entre trois et cinq ans selon les cas.

Le gouvernement de coalition anglais s’est fixé comme objectif de descendre sous les 100.000 immigrants par an.