Le lycée franco-japonais de Tokyo a rouvert ses portes ce lundi, malgré les réticences des syndicats enseignants. Le SNUipp et le SNES, « extrêmement préoccupés des risques encourus », ont en effet exprimé la volonté d’exercer leur droit de retrait pour le personnel, possibilité qui leur a été refusée par l’administration du lycée.

Pourtant, 6 des 23 professeurs, rapatriés en France, ne se sont pas présentés au lycée de Tokyo ce lundi. Le Quai d’Orsay menace de suspendre leurs salaires s’ils ne reprennent pas leurs postes.