Le SGEN-CFDT a publié hier une lettre ouverte au ministre d’Etat des affaires étrangères et européennes Alain Juppé pour attirer son attention sur la situation des professeurs détachés auprès de l’AEFE et affectés au lycée de Tripoli en Lybie. Depuis leur retour en France, ces derniers n’ont en effet bénéficié d’aucune assistance ni aide financière de la part de l’AEFE, qui leur a fait savoir qu’ils seraient simplement « remis à disposition de leur administration d’origine ».

Le secrétaire général du SGEN-CFDT Thierry Cadart appelle donc Alain Juppé à intervenir pour faciliter la réintégration des personnels rapatriés sur leur lieu de résidence, et réclame le versement d’une « aide d’urgence substantielle » et d’une « compensation du préjudice subi ou une prime de déménagement » de la part de l’AEFE.