Sélectionner une page

Mobilisation en légère hausse

La journée de protestation contre les suppressions de postes, samedi, n’a toutefois entraîné qu’une participation jugée moyenne des enseignants et des parents.

Mobilisation en légère hausse

Pour la troisième fois en trois mois, le monde éducatif était appelé à protester contre les suppressions de postes prévues pour la rentrée prochaine dans l’Éducation Nationale. Des manifestations étaient notamment organisées dans une quarantaine de villes.

Selon un décompte effectué samedi à 19h00 d’après les chiffres fournis aux bureaux de l’AFP en province et à Paris pour une vingtaine de cortèges, les défilés ont rassemblé entre environ 16.700 personnes, selon la police, et au moins 30.800 manifestants selon les syndicats. Toutes les sources s’accordent en tout cas à constater une hausse par rapport à la précédente journée d’actions, où entre 10.300 (police) et 13.300 manifestants (syndicats) avaient été dénombrés.

La mobilisation est toutefois jugée moyenne, dans la mesure où l’appel avait été lancé par un collectif de 25 organisations, comprenant les principaux syndicats d’enseignants, de lycéens et d’étudiants, ainsi que les parents d’élèves de la FCPE. Les syndicats expliquent cette situation par « le sentiment que, de toute façon, le gouvernement ne cédera pas », et « une actualité dramatique » alors que le monde entier a les yeux tournés vers la Libye et le Japon.

A la rentrée prochaine, 8.967 suppressions de postes sont programmées dans les écoles, 4.800 dans les collèges et lycées et 1.533 dans l’enseignement privé. Dans le même temps, 50.800 élèves de plus sont attendus par rapport à 2010, dont 33.500 en collège du fait de l’arrivée des enfants du baby-boom de l’an 2000.

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernière Reportage

Chargement...