Le développement durable ? Une démarche inscrite dans l’ADN du très sylvestre collège François Mauriac de Saint-Symphorien (Gironde)… Inaugurés le 27 janvier dernier, à côté des anciens locaux devenus obsolètes, ses quelques 1000 m3 de nouveaux bâtiments basse consommation ont été entièrement conçus avec le souci de la préservation de l’environnement : construction en bois – un matériau renouvelable et bien isolant – en pin des Landes, notamment, puisqu’il s’agit d’une ressource locale ; mais aussi ventilation à double flux, système de récupération des eaux de pluie, chauffe-eau solaire…

Visite du chantier et rencontres avec des professionnels du bâtiment à l’appui, des élèves de 5e avaient déjà été sensibilisés à ces questions, durant les travaux, en 2010, par le biais d’un projet « Archi en herbe » animé par un professeur de technologie. Mais aujourd’hui, les collégiens se lancent dans l’opérationnel : chaque semaine, entre 13h et 14h, sous la houlette de deux professeurs, en SVT et en Histoire-Géographie, une quinzaine de jeunes volontaires de 6e et de 5e se retrouvent pour plancher sur des problématiques concrètes de leur choix, liées à leur empreinte écologique : gestion des déchets, équipements des locaux, transports, alimentation.

De l’autonomie à l’action

Objectif de ce club Développement durable : réfléchir aux solutions à mettre en œuvre pour réduire l’impact de l’établissement sur l’environnement et concevoir des outils de sensibilisation pour leurs camarades. « Une partie des élèves se consacre ainsi à la réalisation d’un repas à base de fruits et légumes de saison, d’origine locale ; tandis qu’une autre étudie la possibilité de mettre en place un container papier et un composteur », explique Emilie Georget, l’un des professeurs responsables du club.
«De son côté, le groupe Habitation crée des panneaux explicatifs sur les bâtiments, afin de valoriser leurs équipements, et le groupe Transports réalise des affiches pour vanter les mérites du covoiturage. » Lors de la semaine du développement durable, du 1er au 7 avril prochains, une exposition leur permettra de développer tous ces thèmes.

Mais d’ ores et déjà, les experts es Habitation se font une joie d’expliquer aux autres élèves en quoi le choix d’une ventilation à double flux, récupérant la chaleur dégagée en interne pour chauffer les bâtiments, rend nécessaire la fermeture des fenêtres… Des sujets sérieux, mais qui captivent ces jeune éco-citoyens. « Bien sûr, des temps de pause sous forme de jeux pédagogiques sont nécessaires, d’autant plus que nous leur demandons beaucoup d’autonomie et que nous sommes exigeantes sur la qualité de leurs travaux. Mais ils se montrent assidus. Ils se sentent très concernés par ces questions. », remarque Emilie Georget. « Peut-être en partie par culture familiale et peut-être parce qu’ils sont ravis d’être impliqués. Parfois, ils jouent même le rôle de relais auprès de leurs professeurs ! ».