Après New Dehli, Johannesburg et Sao Paulo les années précédentes, l’assemblée générale 2011 de la campagne mondiale pour l’éducation se tient à Paris depuis hier, mardi, et jusqu’à dimanche.

A l’invitation de Solidarité Laïque, qui coordonne la campagne en France, deux cents responsables d’ONG, de syndicats d’enseignants et d’associations de parents d’élèves, venus de plus de 120 pays, sont réunis pour dresser un bilan d’étape des engagements pris en 2000 à Dakar par la communauté internationale, afin d’assurer l’éducation pour tous à l’horizon 2015.

En l’absence de Luc Chatel, les participants ont appelé le président Sarkozy et le gouvernement français, qui accueillent les sommets du G8 et G20 cette année, à relever la place de l’éducation dans l’agenda mondial, dans l’espoir de trouver des modes innovants de financement.

Parmi eux, l’ancien Premier ministre britannique, Gordon Brown, qui participera à l’élaboration d’un rapport sur l’éducation et le développement économique, visant à identifier les principaux problèmes à surmonter pour permettre à chaque enfant dans le monde d’aller à l’école et de s’instruire.

780 millions d’adultes sont aujourd’hui analphabètes et on estime à 72 millions le nombre d’enfants qui ne sont toujours pas scolarisés. Chaque année 100 millions d’autres abandonnent leurs études au bout de la première année, faute de pouvoir payer les frais de scolarité. Permettre à tous les enfants de la planète d’aller à l’école coûterait 16 milliards de dollars.