Trois cents postes de contrats aidés seront créés en Guadeloupe pour étendre l’accompagnement éducatif à toutes les écoles de l’île. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Éducation hier, lundi, à l’occasion d’un déplacement d’une journée dans le département d’Outremer.

Après avoir visité plusieurs établissements scolaires, parmi lesquels un lycée professionnel des métiers de l’hôtellerie et du tourisme et une cité scolaire d’excellence sportive, Luc Chatel a également annoncé des mesures pour lutter contre la violence dans les établissements de l’île. Cinq agents seront recrutés pour renforcer les équipes de sécurité; des clôtures et des systèmes de vidéo protection équiperont les établissements les plus sensibles. Enfin, le ministre a demandé au recteur de réfléchir à la création d’un établissement de réinsertion scolaire pour les élèves difficiles.

Ces annonces n’ont toutefois pas convaincu les syndicalistes guadeloupéens. Ils ont ainsi boycotté une rencontre programmée avec les conseillers du ministre, en signe de protestation contre les 155 suppressions de postes programmées sur l’île à la rentrée prochaine. Pour Guy Belrose, responsable départemental de la FSU, « le ministre est venu faire sa communication en visitant des établissements modèles […] Cela masque la vétusté du parc des écoles en Guadeloupe, les collèges surchargés et les difficultés de nos élèves qui sont liées aussi aux conditions matérielles ».

Luc Chatel poursuit son déplacement aux Antilles ce mardi en Martinique, où il doit notamment inaugurer l’internat d’excellence de Fort-de-France.