Michèle Picard, maire PCF de Vénissieux (commune de quelque 60.000 habitants au sud de Lyon) a fait cours hier pendant une heure et demie à des élèves de maternelle du groupe scolaire Jean Moulin. Leur enseignante, en congé de maternité, n’a pas été remplacée depuis une semaine.

L’élue a ainsi participé à la classe sauvage mise en place lundi par des parents d’élèves, qui assurent l’enseignement à tour de rôle. Selon Nadera Hamitouche, déléguée de parents d’élèves, les parents ont souhaité prendre « les responsabilités que l’Éducation nationale ne prend pas » car ils craignent que « l’école publique ne devienne un ghetto ».

Vénissieux compte actuellement 20 postes d’enseignants laissés vacants. Michèle Picard évoque « 350 journées non remplacées » depuis janvier 2011 dans les écoles de la ville, et fait état du « ras-le-bol des parents et enseignants ».