Le Snalc-CSEN dénonce la disparition programmée de la voie technologique. Pour le Snalc-CSEN, la réforme actuelle des filières technologiques STI2D (ex-STI), STL et STD2A « ne correspond ni aux attentes des familles, ni aux attentes des employeurs (…) et évidemment encore moins aux attentes des enseignants qui se voient privés de leurs savoirs et de leur savoir faire par une inspection générale qui se vante d' »assumer » la déprofessionnalisation de la voie technologique ».

« Sous couvert de bonnes intentions (fluidification des parcours entre l’université et les sections de techniciens supérieurs) », les opérations actuelles n’auraient ainsi pas « d’autre objectif que de faire disparaître l' »exception française » qui consiste à offrir trois voies de formation à nos jeunes en fonction de leurs goûts et de leurs besoins ».

Le syndicat affirme toutefois « qu’une réforme de la filière STI est nécessaire », et rappelle « qu’une réforme ayant reçu l’assentiment des enseignants était prête dès 2005 », mais qu’on a « délibérément laissé se vider la filière STI en tergiversant ».

La réforme de la voie technologique doit se mettre en place en 2011 pour la classe de première, et en 2012 pour la classe de terminale.