Dans une chronique publiée dans Le Point cette semaine, intitulée « Allègre appelle à la révolution du mammouth », Claude Allègre propose des idées pour sortir de la crise que traverse actuellement l’Education nationale.

Pour lui, « celui qui ne sait pas lire ne doit pas pouvoir accéder au collège ». Il prône donc le rétablissement « d’un examen d’entrée en sixième pour la lecture et le calcul « . Parallèlement, l’ancien ministre de l’Education nationale souhaite le rétablissement de l’apprentissage à 14 ans.

Il faut également pour lui, veiller à changer la façon dont on appréhende le métier d’enseignant : aujourd’hui « le métier d’enseignant est devenu une activité qui permet d’élever ses enfants et d’avoir avec eux beaucoup de vacances […] ».

C’est une profession très féminisée du fait de ces avantages pour la vie de famille : Claude Allègre suggère donc d’ »instaurer des quotas » pour que « 40% des enseignants soient des hommes ». Il faut également absolument revaloriser les salaires.

Enfin, il dénonce le rôle néfaste des syndicats enseignants, « qui frein[ent] des quatre fers chaque initiative ». Il salue donc le travail de Jean-Pierre Raffarin, qui en pratiquant une retenue sur salaire les jours de grève « a mis fin aux joyeux happenings syndicaux à répétition ».