Suppressions de postes enseignants : de futurs dégâts en région

Sévèrement touchées par les suppressions de postes, l'académie de Montpellier et la région de Basse-Normandie seront confrontées à de sérieuses difficultés à la rentrée prochaine. Christian Philip et Laurent Beauvais le disent très clairement.

L’AEF indique aujourd’hui que le recteur de Montpellier fait part des difficultés liées aux suppressions de postes qui vont toucher son académie pour la prochaine rentrée scolaire.

Son académie va perdre à la rentrée prochaine 95 postes dans le premier degré et 96 postes dans le second degré, alors que des élèves supplémentaires vont arriver. Le recteur Christian Philip le dit sans détours : le nombre d’élèves par classe va obligatoirement augmenter. Tous les postes d’intervenants de langue à l’école primaire seront par ailleurs supprimés d’ici deux ans. Le choix des options en lycée devrait également être affecté, ainsi que les possibilités de dédoublement de classe.

Jean-François Raynal, secrétaire académique adjoint du SNPDEN Languedoc-Roussillon, interrogé par AEF, confirme que « les dotations du rectorat [conduiront] à réduire considérablement les options et le panel des langues proposées ».

La presse régionale se fait largement l’écho de cette situation préoccupante : L’Indépendant titrait ainsi « ‘Une période difficile’ s’ouvre pour le recteur de l’Académie » la semaine dernière.

Le Midi Libre consacrait lundi un article au cas du lycée Frédéric-Bazille-Agropolis de Montpellier où 10% du corps enseignant est menacé de disparition. Du coup, de nombreuses options, en particulier les sections européennes, risquent de passer à la trappe.

La section départementale Perpignan de la FSU dénonçait elle, dans le même journal, la « politique suicidaire du gouvernement » et la situation absolument catastrophique de l’école.

De son côté, le président PS du conseil régional de Basse-Normandie, Laurent Beauvais,  dénonce aujourd’hui dans l’AFP, à la veille de la journée de mobilisation, les 359 suppressions de postes de sa région, la plus touchée en France. « Le ministre (de l’Education natio­nale) Luc Chatel dit qu’il faut faire mieux avec moins. Moi je dis qu’on ne peut pas en matière d’éducation. On va vers de gros risques en rai­son­nant comme ça » s’emporte-t-il.

1 commentaire sur "Suppressions de postes enseignants : de futurs dégâts en région"

  1. chouettemama12  1 mars 2011 à 8 h 23 min

    Notre collège de ZEP, à Annonay (07) est comme de nombreux autres touché par la réduction des moyens. Entre autres : perte d’un poste de PE à la SEGPA (départ en retraite non remplacé ; chaque année la SEGPA perd un poste) ; disparition d’un IDD conduisant à la disparition de 30 mn hebdo de français / maths / histoire pour tous les élèves de 4ème. Les horaires de ces disciplines atteignent donc les valeurs plancher alors que nos élèves avaient grand besoin de temps supplémentaire. Disparition de la 3ème d’insertion et avec elle de la préparation à l’entrée en enseignement professionnel d’élèves en très grande difficulté. Disparition également du service obligatoire (HSA) de l’heure de « vie de classe » hebdo en 6ème assurée par le prof. principal (intégration et méthodologie pour l’entrée au collège). Limitation des moyens d’aide, saupoudrés de manière inutile. Augmentation des effectifs corollaire du relèvement du seuil à 1 élève de + : jusqu’à 29 élèves en 3ème et en 4ème dans certaines divisions. Nous avons organisé une cérémonie d’enterrement de notre DHG d’établissement prioritaire le jeudi 24/02 Nous portons actuellement sur nos sacs ou nos manteaux un brassard noir : « Ecole publique pour tous : la fin ? ». On nous prive clairement des moyens d’instruire le plus grand nombre, en général issu de milieu sensible, fragile, défavorisé, socialement, culturellement et économiquement. Nous sommes contraints d’assister dans l’impuissance à la fabrication d’une poudrière sociale.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.