Dans un entretien à France Soir aujourd’hui, Luc Chatel s’explique face au mécontentement de parents d’élèves dont les enseignants ne sont pas remplacés. Le quotidien cite ainsi l’exemple d’Epinay-sur-Seine où 85 % des absences de courte durée n’ont pas été remplacées.

Luc Chatel reconnaît que « malgré les efforts du ministère, la continuité du service public n’est pas totalement garantie ». « Je comprends que ce soit un scandale pour les parents » affirme-t-il ainsi. Il tient à souligner cependant qu’au niveau national « le taux de couverture du remplacement, c’est-à-dire le pourcentage de journées remplacées, est, quant à lui, à un niveau toujours élevé de 96 % ».