Lors d’un petit-déjeuner organisé hier par la fondation Concorde autour du thème « Réformer l’Éducation nationale », Luc Chatel a affirmé que la durée du temps de service des enseignants n’était « plus un sujet tabou », sauf « du côté des syndicats enseignants, qui en font un cheval de bataille, une digue ».

Pour le ministre, « il faut un débat public, une réflexion globale, avec une validation nationale » sur cette question. Il observe qu’il faudra peut-être réfléchir en « temps de présence » dans les établissements plutôt qu’en temps de service. Luc Chatel a également cité Ségolène Royal, qui en 2006 « a affirmé que les professeurs devaient commencer par faire 35 heures ».

Pour réformer les statuts, qui pour lui ne sont plus « en relation avec l’évolution du métier » d’enseignant, le ministre souhaite que l’éducation soit considérée comme une priorité de campagne en 2012 par celui qu’il soutient, « qui n’est pas encore candidat ».