Dans La Tribune aujourd’hui, le philosophe Pierre-Henri Tavoillot explique pourquoi il est opposé à la notation des élèves telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui. Pour la rédaction par exemple, il suggère que l’enseignant mette « une appréciation rédigée, singularisé, pesée, argumentée » plutôt qu’une note abrupte.