Louis Vogel, à la tête de la Conférence des présidents d’université (CPU) depuis un mois, dénonce la manière « mécanique » dont les budgets 2011 ont été calculés. Les dotations des universités, en dehors de celles passant aux responsabilités élargies, augmentent en effet de 1,5% (correspondant à l’inflation prévue) ou 3%, « ce qui ne permet pas de tenir compte des situations particulières ». Louis Vogel regrette que la CPU n’ait « été ni consul­tée, ni asso­ciée aux arbi­trages », et souhaite qu’à l’avenir les « relations entre la CPU et le ministère soient redéfinies et davantage transparentes ». « Ils doivent devenir partenaires », résume-t-il.