Lors de la traditionnelle cérémonie des voeux du Nouvel An, en présence des diplomates accrédités auprès du Vatican, Benoît XVI a dénoncé comme une « atteinte à la liberté religieuse des familles » la participation « imposée » à des cours d’éducation sexuelle ou civique dans certains pays européens. Des cours « véhiculant des conceptions de la personne et de la vie prétendument neutres, mais qui en réalité reflètent une anthropologie contraire à la foi et à la juste raison », selon le souverain pontife. En Espagne notamment, le programme de cours d’éducation à la citoyenneté introduits en 2007 -abordant par exemple le rejet de l’homophobie, le droit au divorce et à l’avortement ou encore l’acceptation des familles homoparentales- a été jugé trop « progressiste » par l’Eglise. Le Pape « exhorte tous les gouvernements à promouvoir des systèmes éducatifs qui respectent le droit primordial des familles à décider de l’éducation des enfants et qui s’inspirent du principe de subsidiarité, fondamental pour organiser une société juste. »