Le Comité 21 aide les établissements scolaires à lancer leur agenda 21(1). Combien en recensez-vous aujourd’hui ?

Difficile de donner un chiffre exact, puisqu’il n’existe pas d’inventaire officiel. Les premiers datent de 2005 et aujourd’hui en France, on en compterait plus de 550. Les débuts ont été lents. Mais depuis 2008, ces initiatives sont en nette croissance. L’effet boule de neige joue pleinement.

Qui est à l’origine de ces projets ?

Au départ, essentiellement les collectivités locales qui ont donné l’impulsion par le biais d’appels à projet notamment, et certaines académies ou inspections académiques. A l’heure actuelle, les établissements en prennent aussi l’initiative, lorsque leur direction est convaincue et qu’elle s’entoure d’une équipe motivée. Le Comité 21 joue le rôle de facilitateur et les associations spécialisées assurent l’accompagnement. Globalement, les démarches partenariales entre écoles, administrations, inspection académique, collectivités et associations, sont celles qui fonctionnent le mieux. La Haute-Normandie, où 14 partenaires travaillent ensemble, compte 168 agendas 21 scolaires, de l’école au lycée !

Quel bilan peut-on en faire ?

La difficulté, pour les établissements, est d’y passer du temps : réaliser un état des lieux et un plan d’action, créer un comité de pilotage, sensibiliser au quotidien… Il leur faut aussi impliquer tout le monde : direction, enseignants, élèves, parents, techniciens, collectivités… Or, ils n’ont pas l’habitude de travailler ainsi, sur le mode « projet » et de manière décloisonnée. Le « turn over » du personnel peut, en outre, contribuer à démobiliser les participants. Mais les aspects positifs sont nombreux : la sensibilisation des jeunes aux questions de développement durable bien sûr, mais aussi la mise en cohérence des actions pédagogiques en cours, comme les pédibus ou la lutte contre les addictions. Cette démarche concrète incite par ailleurs élèves et enseignants à travailler sur leur territoire. L’occasion d’appréhender les problématiques de gestion de l’eau, de discuter de nutrition avec le cuisinier, de réaliser un potager avec les services espaces verts de la mairie…

Quel est le but du nouveau portail ?

D’abord, il sera plus pratique : les agendas scolaires bénéficieront ainsi d’une entrée bien à eux. Ensuite, il sera plus interactif : en remplissant un questionnaire, les établissements référenceront directement leur démarche sur le site et une carte permettra de les localiser. Nous comptons sur eux pour se manifester ! La base de données des associations partenaires a été réactualisée. Evidemment, on trouvera toujours des informations pédagogiques et pratiques, des outils à télécharger…

 Nadia Gorbatko