Alors que l’intérêt des enseignants québécois envers les applications pédagogiques des TIC est « plutôt élevé » dans la majorité des cas, ils reconnaissent pour la moitié d’entre eux ne pas posséder une maîtrise suffisante des TIC pour « les intégrer dans l’enseignement ». En fait, dans deux tiers des établissements secondaires, seule « une minorité » des enseignants font un usage plus avancé des ordinateurs qu’un traitement de texte : utilisation des emails ou de forums, logiciels d’auto-apprentissage, etc. Et ce, malgré la mise à disposition d’un ordinateur pour quatre élèves en moyenne. C’est ce qui ressort d’une enquête du ministère québécois de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Signe évident du malaise des enseignants face à ces nouvelles technologies : un tiers des ordinateurs des établissements publics secondaires ne seraient toujours pas connectés à Internet.