Le Conseil national de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, instance consultative de la communauté universitaire, a rejeté le budget 2011 de l’enseignement supérieur par 28 voix contre cinq, et deux abstentions. Composé de représentants des présidents d’université, des enseignants, des étudiants, du personnel non-enseignant et des forces politiques, économiques, sociales et culturelles, le Cneser n’émet qu’un avis consultatif.

Hors masse salariale, l’enveloppe globale allouée par l’État aux universités est en augmentation de 3% par rapport à l’an dernier. Mais pour plus de la moitié des établissements, la hausse ne sera que de 1,5% et compensera simplement l’inflation.

Pour le Snesup, « le gouvernement met en demeure la communauté universitaire de s’enfermer dans une gestion étroite de la pénurie ». La Fage quant à elle, deuxième organisation étudiante, estime que « ce budget ne correspond pas à la politique annoncée par le ministère » et « ne répond pas aux attentes et surtout aux besoins des étudiants ».

Mais, dans une motion présentée par le Snesup, la FSU, la CGT, l’Unsa, le Sgen-CFDT et l’Unef, le Cneser dénonce aussi « un simulacre de dialogue avec les organisations représentatives de la communauté universitaire ». Les signataires n’ont pas apprécié le déroulement d’une séance « précédée d’une conférence de presse confisquant aux élus la primeur des données budgétaires ». Le texte condamne donc « le manque total de respect du gouvernement pour la démocratie universitaire ».