Alors que le 17 janvier vont démarrer les évaluations nationales de CM2 (jusqu’au 21 janvier), les syndicats enseignants manifestent leur réprobation. SNUDI-FO demande « l’abandon de ces évaluations et que soit respecté le droit de chaque enseignant d’évaluer ses élèves conformément à ses choix pédagogiques et à la liberté pédagogique ». Le SGEN-CDFT de son côté juge que « des évaluations statistiques ne peuvent en aucun cas servir aux enseignants pour améliorer les apprentissages ».

Les fédérations de parents d’élèves sont elles divisées. Contrairement à la FCPE, très hostile à ces évaluations, la PEEP « a toujours soutenu le principe des évaluations pendant l’année scolaire car elle estime que c’est un outil majeur pour bien cibler les actions d’accompagnement des élèves, tout au long de l’année ». La fédération de parents d’élèves met toutefois en garde contre le risque de tomber dans le « piège de l »évaluationnite aigüe ».