Un rapport de la direction des ressources humaines (DGRH) du ministère de l’Éducation nationale reconnaît que « plusieurs académies font remonter certaines difficultés rencontrées par les stagiaires ». Établi à partir de réponses à des questionnaires envoyés fin octobre aux professeurs stagiaires de différentes académies, le document dresse un bilan « globalement positif » de la prise en charge des 7159 jeunes professeurs qui ont débuté dans le primaire.

La situation semble plus délicate pour les 8604 nouveaux professeurs de collège et de lycée, à qui la réforme de la formation des enseignants impose désormais de prendre tout de suite une classe en responsabilité pendant dix-huit heures par semaine. Ne consacrant plus qu’un tiers de leur temps à la formation, notamment par le biais d’un tutorat, ils « estiment manquer de méthodes et du recul nécessaire pour effectuer leur travail et l’apprentissage de leur futur métier ».

Selon le rapport, à la date de l’enquête, «139 stagiaires n’avaient pas encore de tuteurs dans douze académies ». Par ailleurs, « 23% des tuteurs ne sont pas dans l’établissement de leurs stagiaires ». Les professeurs débutants considèrent également souvent que les formations pédagogiques prévues au premier trimestre arrivent trop tard. Enfin, 13,5% des stagiaires ont un poste dans un établissement relevant de l’éducation prioritaire. Conséquence, le nombre de démissions a augmenté : 65 dans le secondaire à fin novembre, contre 48 seulement l’année précédente. Une nouvelle enquête est prévue au printemps.