Les enfants nés en fin d’année ont une scolarité plus difficile et des perspectives d’avenir moins bonnes que leurs camarades nés en début d’année, selon une étude de Julien Grenet, cher­cheur en écono­mie au CNRS et à l’École d’Économie de Paris. Les élèves nés en décembre vivent mal leur « différentiel de maturité » avec le reste de la classe et rencontrent davantage de difficultés à l’école : à 15 ans, 51% des élèves nés en décembre ont redoublé, contre 35% de ceux nés en janvier. Les redoublements expliquent ensuite certains choix d’orientation. Naître en décembre augmente en effet la probabilité d’être orienté en lycée professionnel plutôt qu’en lycée général. Ce qui donne au final une différence de salaire de l’ordre de 2,3% pour les hommes et de 0,7% pour les femmes, entre les enfants nés en décembre et ceux en janvier !