Dans une tribune publiée hier par Le Monde, intitulée « L’université française et ses tyrans », Christian Bouquet, professeur de géographie politique à Bordeaux-III, rappelle que c’est par « nos établissements supérieurs que sont passés la plupart des protagonistes de la crise » en Côte d’ivoire. C’est pourquoi il demande à ses « collègues français d’intervenir individuellement et personnellement auprès des anciens élèves concernés, en leur rappelant les valeurs qu’ils partageaient autrefois (…) c’est-à-dire l’humanisme, la tolérance, la bonne foi, le respect de la démocratie et des droits de l’homme ».