Enseignant : métier-repoussoir ?

"Concours enseignants : deux fois moins de candidats en un an", titre leparisien.fr aujourd’hui. Revue de presse.

Les chiffres sont parlants : comme nous l’indiquons aujourd’hui dans la Lettre Education, cette année pour le primaire, 18.000 can­di­dats se sont pré­sen­tés à la ses­sion de sep­tembre, contre près de 35.000 l’année pré­cé­dente, et pour le second degré, 21.000 contre 38.249.

Dans certaines disciplines, les chiffres sont franchement inquiétants : en maths, on est passé de « 3,3 candidats à 1,4 pour 1 poste en un an » (RTL) et même en lettres, on est passé de « 3,7 candidats à 1, 9 pour un poste » (le monde.fr) !.
Si le SNUipp-FSU et le Sgen-CFDT jugent que l’on est dans une année transitoire, ils sont à l’unisson avec le SE-Unsa pour y voir le signe d’un métier devenu « de plus en plus difficile », phénomène amplifié par la réforme de la masterisation. (leparisien.fr).

Le ministère indique néanmoins ne pas vouloir baisser le niveau de recrutement : cela signifierait-il à terme que des postes ne seront pas pourvus ?

Avec la suppression de 16.000 nouveaux postes annoncée pour la rentrée prochaine, la situation risque d’empirer.

Certaines académies seront durement touchées : c’est le cas de l’académie de Créteil, où se trouve pourtant un des plus grands nombres d’établissements difficiles. Pour le 1er degré, 120 postes en moins sont prévus, 426 dans le 2nd degré et 25 emplois administratifs (voir CGT-educ’action de l’académie de Créteil).

Alors que va devenir l’un des anciens plus beaux métiers du monde ?

3 commentaires sur "Enseignant : métier-repoussoir ?"

  1. Aidoprofs  24 décembre 2010 à 14 h 55 min

    Qu’en pense Aide aux Profs ?
    – les incivilités font souvent la Une et stigmatisent cette profession comme « à risques »,
    – le niveau de diplôme exigé n’est pas en rapport avec la rémunération proposée,
    – la pénibilité s’accroît, révélée par de nombreux rapports,
    – la « revalorisation » de 2010 a réduit fortement l’écart de salaire dans une carrière,
    – la suppression de l’année de stage rend l’entrée dans le métier éprouvante,
    – les enseignants se sentent peu valorisés par leur hiérarchie,
    – Le recours des rectorats au Pôle emploi génère chez l’enseignant le sentiment d’être un « bouche-trou »,
    – Les enseignants férus d’innovation en pédagogie se voient parfois réprimés dans leurs élans (cf « les désobéisseurs »).

    Cet effet repoussoir va s’accentuer :
    – Si le temps de congés des professeurs est ramené vers celui des salariés qui bénéficient de l’ARTT,
    – Si l’annualisation du temps de travail de l’enseignant pour mieux le contrôler voit le jour.Signaler un abus

    Répondre
  2. damala  24 décembre 2010 à 23 h 45 min

    Ce n’est pas étonnant vu les changements imposés et la dégradation du statut que subissent les enseignants, qui autrefois étaient considérés comme des notables, respectés tant pas les élèves que par la société. Pourquoi devenir prof alors qu’un intellectuel, (qui est parfois plus compétent et diplômé que les fonctionnaires qui le dirigent et endossent leurs erreurs stratégiques et structurelles sur le compte des enseignants), de son niveau pourrait prétendre à mieux tout en étant respecté et considéré. Alors envoyez vos enfants dans le privé et payer davantage… C’est ce que vise le gouvernement… A méditer et à suivre donc !Signaler un abus

    Répondre
  3. libellule  7 janvier 2011 à 16 h 10 min

    Comme il était en passe de devenir l’un des plus impraticables, il va sombrer et renaître sous une forme que nous ne connaissons pas encore mais qui pourrait fort bien être réservée à une élite, si on n’y prend pas garde!!Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.