La répartition académique des 4800 suppressions de postes du second degré, inscrites au budget 2011, est désormais connue. Les académies de Nancy-Metz (524 postes supprimés), Versailles (-493), Créteil (-426), Orléans-Tours (-284) et Reims (-220) sont les plus durement touchées. Les académies de Nantes et Grenoble sont épargnées (aucune suppression de postes), tandis que 110 postes sont créés dans les Collectivités d’Outre mer, et 37 en Guyane. Cette répartition aurait dû être annoncée demain, mardi, lors d’un comité technique paritaire ministériel, annulé en raison de son boycott par quatre organisations syndicales.