Le Sénat planche sur l’avenir des collégiens des zones sensibles

Fabienne Keller, sénatrice UMP, est responsable d’une étude sur les années collège dans les territoires urbains sensibles. Elle présentait ce matin, lors d’une conférence de presse au Sénat, un premier bilan d’étape.

Dans le cadre de la Délégation sénatoriale à la prospective, Fabienne Keller, ancien maire de Strasbourg, est chargée depuis juin dernier de réfléchir, entourée de cadres de l’Education nationale, de sociologues, de l’ONZUS(1)… à des pistes d’action pour améliorer la vie dans les collèges difficiles. Un rapport sur le sujet devrait être remis début février.

Pour cette étude, la sénatrice visite des établissements situés en ZUS, à Clichy, Montfermeil, Roubaix, Montbéliard, Marseille, Sevran, et rencontre les enseignants, les parents d’élèves, les acteurs sociaux, les anciens élèves…

Il s’avère que dans les quartiers sensibles les jeunes sont fortement en situation de décrochage scolaire, et sont guettés à chaque instant par le danger de la rue.

Les années collège : un moment crucial

Les années collège représentent un moment crucial dans leur scolarité, et le passage du primaire au secondaire se doit d’être réussi, car à ce moment-là, l’école n’est pas encore en concurrence avec la rue. Une première piste pourrait donc être de favoriser cette transition, de tout mettre en œuvre pour qu’elle soit positive.

La sénatrice a remarqué la réussite de projets pédagogiques originaux, autour du sport, des sciences, du théâtre, de l’actualité…Ils permettent de préparer l’accès au savoir et au socle commun de connaissances. Une pédagogie plus souple, plus inventive devrait être explorée. Mais n’est-ce pas là remettre en cause le sacro-saint collège unique ?

Environnement et accompagnement

L’environnement joue aussi un rôle essentiel : la rénovation urbaine, logements comme espaces publics, est très importante, et ces quartiers devraient pouvoir ressembler à tous les autres. Les habitants, comme le dit la sénatrice, ont un « droit à l’ordinaire ».

Un mot revient fréquemment dans ses propos : celui d’accompagnement. Accompagnement des élèves, avec des pédagogies différentes, des enseignants, en particulier des jeunes enseignants, avec entre autres une aide au logement, des parents, avec des initiatives telles que la mallette des parents. L’accompagnement doit être développé sur tous les fronts possibles.

Enfin, il faut relancer l’activité commerciale et économique de ces quartiers, avec une politique d’incitation efficace. La priorité est bien évidemment aussi de faciliter l’accès à l’emploi des jeunes, seul moyen de lutter contre l’attrait de l’argent facile. Le taux de chômage y est alarmant : un rapport de l’ONZUS révélé dans Le Monde aujourd’hui, fait état de près d’un homme jeune sur deux au chômage.

Note(s) :
  • (1) Observatoire national des zones urbaines sensibles

1 commentaire sur "Le Sénat planche sur l’avenir des collégiens des zones sensibles"

  1. zakhartchouk  20 décembre 2010 à 9 h 55 min

    je trouve vraiment surprenant que soit écrit: «  »Une péda­go­gie plus souple, plus inven­tive devrait être explo­rée. Mais n’est-ce pas là remettre en cause le sacro-saint col­lège unique ?
    quelle conception du collège unique avez-vous? Bien au contraire, ce type de pédagogie est la seule chance pour que le collège unique, dont je suis un ferme partisan, ne soit pas le collège uniforme, mais bien l’endroit commun où à partir d’un socle commun, chacun puisse aller au bout de ses potentialités, sans renfermement dans ce qu’on sait faire, sans individualisme extr^me, en conciliant « pour tous » et « pour chacun ». de même que la pédagogie souple est la seule chance pour que le socle commun soit autre chose qu’un slogan hypocrite. C’est cette conception -là que j’essaie de développer dans mes écrits et surtout dans ma pratique de prof de collège et de formateur
    JM Zakhartchouk, rédacteur aux cahiers pédagogiquesSignaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.