C’est dans la campagne ardennaise que se situe le lycée Paul Verlaine, qui entre le lycée d’enseignement général et celui d’enseignement professionnel, compte quand même 840 élèves.
Cette année, une quinzaine d’élèves du lycée général ont choisi de participer au concours Apprendre la Bourse. Ils sont en seconde option PFEG et en terminale STG, la bourse fait donc directement partie de leur programme, mais ce concours s’adresse à toute classe désireuse de s’initier de façon pratique à un des rouages majeurs de l’économie.

Modalités pratiques

Il s’agit d’un concours national : 270 équipes d’élèves y participent actuellement en France. Les établissements intéressés par le concours doivent s’adresser à leur correspondant local Finances et Pédagogie. A Rethel par exemple, Dominique Claudel, le correspondant Finances et Pédagogie en Lorraine Champagne-Ardenne, est le coordonnateur du projet. Il travaille avec deux enseignantes d’économie-gestion de l’établissement, qui encadrent les élèves.
Concrètement, les élèves, répartis en équipes, disposent tous d’un capital virtuel de départ de 50 000 euros, et peuvent faire leur choix parmi 150 actions. Ils ont dix semaines (le concours prend fin le 14 décembre au soir) pour faire fructifier  leur capital fictif en utilisant une stratégie d’investissement intelligente. Les titres sont donc négociés sur la base des vrais cours du CAC 40, mais avec de l’argent virtuel.

La compétition

Les élèves ont chacun un code d’accès qui leur permet d’accéder en ligne à leur portefeuille et de boursicoter quand ils veulent en temps réel. Ils sont classés chaque semaine en fonction de leurs résultats : au niveau régional, au niveau national, et même au niveau européen, puisque d’autres pays d’Europe y participent.
Les élèves du lycée Paul Verlaine se défendent particulièrement bien : en tête du classement régional, ils sont même arrivés en tête du classement national. Mais attention, le combat est rude –et surtout soumis aux fluctuations boursières et aux stratégies d’investissement. Les élèves ont perdu leur titre de champion et doivent le reconquérir !
Comme il s’agit d’un concours, les gagnants au niveau national seront récompensés : ils auront droit cette année à un week-end à Paris, où ils pourront rencontrer les autres équipes gagnantes européennes.

L’enjeu pédagogique

Mme Zwein, une des enseignantes d’économie-gestion encadrant le projet, explique que ce concours est très positif pour les élèves, parce qu’il crée une dynamique. Il y a une compétition, et les élèves se prennent au jeu, suivent l’actualité boursière sur BFM, s’intéressent du coup aussi plus généralement à l’actualité de la finance et de l’économie. Enfin, ajoute-elle, ce concours développe « l’esprit d’équipe ». Il faut noter que les élèves ici sont tous volontaires : les enseignants ont choisi de ne pas imposer la participation au concours (ce qui est une option possible), mais de le proposer en dehors des cours, à l’heure du déjeuner.
Pour le proviseur, M. Vanderstee, ce concours pédagogique est extrêmement bénéfique : il permet aux élèves d’être en contact direct avec une réalité économique, et complète parfaitement les enseignements plus théoriques. C’est pourquoi il a choisi de le reconduire cette année.
Les élèves eux apprécient l’aspect ludique du concours, et cette forme de pédagogie autre, cependant totalement en phase avec les programmes.