La polémique enfle autour des ERS

Après les incidents survenus dans deux Établissements de réinsertion scolaire, les moyens alloués aux ERS seront renforcés.

Les moyens et l’encadrement des Établissements de réinsertion scolaire « seront adaptés, si nécessaire, aux problèmes rencontrés ». Luc Chatel a réagi hier, lundi, aux incidents survenus la semaine dernière dans deux ERS, à Craon dans la Mayenne et Portbail, dans la Manche.

Voulus par Nicolas Sarkozy, les ERS accueillent une quinzaine de jeunes de 13 à 16 ans, ayant été exclus à plusieurs reprises de leurs établissements. En plus des cours classiques, ces élèves « perturbateurs » doivent apprendre « le respect de l’autorité » en internat, loin de leur environnement habituel, parfois dans de petites communes.

A l’issue d’une réunion organisée au ministère de l’Éducation, Luc Chatel a donc affirmé que les « difficultés » récentes ne remettaient pas en cause un projet « ambitieux et nécessaire ». Il a toutefois demandé un point quotidien à ses services sur la dizaine d’établissements de ce type officiellement ouverts depuis la rentrée, dont la liste n’a jamais été communiquée.

Deux mois après leur inauguration, la polémique ne cesse pourtant d’enfler au sujet de ces structures nouvelles et de leur fonctionnement. Parents d’élèves et personnels des collèges où sont implantés des ERS demandent en particulier « un encadrement beaucoup plus soutenu ».

Un renforcement nécessaire, mais pas forcément suffisant aux yeux du SNPDEN. Pour le premier syndicat de chefs d’établissement, « concentrer des élèves en difficulté de sociabilité au même endroit, quels que soient les efforts et les moyens déployés, est une évidente prise de risque ».

Source(s) :
  • AFP, France-Info.com, Ouest-France, le Parisien, France-Soir, le Figaro, l'Express.fr

Partagez l'article

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.