Hors-série : L’enseignement des langues vivantes en France (4/8)
« Nous avons perdu l’aspect professionnel de la formation »

Le président d’honneur de l’Association des professeurs de langues vivantes (1) , Sylvestre Vanuxem, dresse un bilan de la formation initiale et continue des enseignants.

La formation initiale des enseignants a été profondément modifiée avec la mastérisation. Que pensez-vous de cette réforme ?

Nous avons perdu l’aspect professionnel de la formation. Il s’agit d’une grande régression. Les jeunes collègues sont précipités devant les classes. Le système de tutorat est censé les aider, mais cet accompagnement ne se fait pas toujours dans de bonnes conditions. Par exemple, le jeune professeur se partage parfois entre plusieurs établissements, ce qui complique le travail du tuteur. De plus, le climat dans le milieu enseignant est tendu. Si les tuteurs ont envie d’aider leurs jeunes collègues, ils ne veulent pas valider une réforme qu’ils désapprouvent.

Quels sont les besoins des professeurs de langues en matière de formation continue ?

Il y a de gros besoins concernant l’intégration du cadre européen commun de référence (CECR) dans les pratiques pédagogiques. Il s’agit évidemment de connaitre le contenu du CECR, mais surtout de savoir l’évaluer. C’est différent de la notation traditionnelle. Il s’agit d’évaluer de manière positive, et non pas de comptabiliser des fautes. La mise en place de la certification A2 en fin de troisième a ainsi créé un certain nombre de difficultés pour les professeurs.

Il existe également une importante demande de la part des professeurs des écoles. Ce sont eux qui doivent prendre en charge l’enseignement de langue vivante, les intervenants extérieurs étant appelés à disparaître. Mais si les jeunes enseignants ont reçu une formation en IUFM, ce n’est pas le cas des professeurs en poste. Ils se retrouvent à enseigner une matière à laquelle ils n’ont pas été préparés.



Les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) offrent de nombreuses possibilités pour la pratique des langues vivantes. Sont-elles bien intégrées dans les programmes de formation ?

La situation est variable selon les académies. Certains inspecteurs académiques sont très impliqués dans ce domaine, d’autres moins. Cela dépend aussi de l’équipement disponible dans les établissements. En parallèle, il y a également des enseignants qui se forment par eux-mêmes. Il reste en tous cas des efforts à faire sur ce sujet. Des formations sur leurs utilisations pédagogiques et sur la législation concernant l’utilisation des contenus sont nécessaires. Ces outils sont encore flous pour beaucoup d’enseignants. Or, les langues ont beaucoup à bénéficier des TICE.

Où en est-on sur la question de la mobilité des enseignants de langues ?

Il existe différents programmes, comme Socrates, qui permettent aux enseignants de se déplacer à l’étranger. Il peut s’agir de formations individuelles ou d’échanges avec les élèves. Ces démarches sont toujours enrichissantes, car elles permettent aux professeurs de pratiquer la langue, mais aussi de discuter de leurs pratiques avec des collègues étrangers. Nous pourrions encourager la mobilité en facilitant l’organisation de ces programmes, même si c’est toujours difficile pour un chef d’établissement d’accepter le départ d’un enseignant, notamment pour des questions de remplacement.

Pour conclure, quelle proposition feriez-vous pour améliorer la formation des enseignants de langues ?

Se former, c’est un plus. Le privé l’a intégré, le public moins. On estime souvent qu’un enseignant n’est pas productif s’il n’est pas avec ses élèves. Il est important que la formation continue soit réellement intégrée à la carrière, et se fasse de manière plus automatique.

Note(s) :
  • (1) Voir le site de l'Association : http://www.aplv-languesmodernes.org

Partagez l'article

8 commentaires sur "Hors-série : L’enseignement des langues vivantes en France (4/8)
« Nous avons perdu l’aspect professionnel de la formation »
"

  1. Krokodilo  15 novembre 2010 à 17 h 52 min

    @Susofj, non seulement je l’ai lu, et en détail, mais je l’ai présenté sur Agora vox en janvier 2007, à une époque où peu de profs de langue en avaient entendu parler.
    http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/les-niveaux-en-langues-etrangeres-17290
    Par contre, je n’ai effectivement pas lu l’énorme production relative à ce Cadre.
    Si ce n’est pas une échelle de niveau, je ne vois pas ce que c’est, d’ailleurs le Cadre le « dit » lui-même en parlant souvent de « niveau » : « les institutions peuvent développer les branches qui correspondent à leur cas jusqu’au degré de finesse qui leur convient afin de situer et/ou de décrire les niveaux utilisés dans leur système dans les termes du Cadre commun de référence. » »
    Certes, c’est un outil qui manquait. Maintenant, si des didacticiens pensent que c’est une révolution pédagogique et que les langues étrangères viennent subitement de changer, chacun a le droit de rêver – tant que ça ne perturbe pas les profs et les élèves…Signaler un abus

    Répondre
  2. carbir  2 décembre 2010 à 11 h 24 min

    @Krokodilo trop d’assurance nuit en effet à la connaissance. En revanche l’actualisation des connaissances ne nuit pas au progrès bien au contraire… Vous êtes en train de passer à côté d’une évolution de taille dans la didactique des langues, la pédagogie et les pratiques de classe….Signaler un abus

    Répondre
  3. carbir  2 décembre 2010 à 11 h 36 min

    tout à fait d’accord avec susofj.
    @krokodilo: les langues ne changent pas subitement elles évoluent, tout comme leur utilisation et les fins de ceux qui les utilisent et les étudient…j’ai un scoop quitte à « perturber » profs et élèves: la version et le thème ne sont plus en phase avec les besoins actuels en langue étrangère 😉Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.