Laurence Filisetti : « Un enfant impoli est pénalisé dans ses apprentissages »

Maître de conférences en sciences de l’éducation, Laurence Filisetti explique, dans son livre (1), les conséquences de l’impolitesse à l’école. Elle revient, pour VousNousIls, sur les résultats de ses recherches.

Qu’est-ce que la politesse ?

La politesse est une norme sociale. Elle passe par des mots de présentation comme « bonjour », « s’il vous plait », « merci ». Elle s’exprime aussi par le non verbal : il faut se tenir droit, ne pas trop bouger, sourire… Les adultes considèrent que ces codes sont sus, d’autant plus si l’enfant est grand. Or ce n’est pas évident.

Les codes que vous citez paraissent pourtant simples. Comment un élève peut-il les ignorer ?

Nous n’avons pas tous la même définition de la politesse. C’est là toute la difficulté. Comme toute norme sociale, la politesse peut varier d’un groupe à l’autre, d’une culture à l’autre. Certains élèves ont des codes différents de ceux attendus par les enseignants ce qui crée des malentendus. Un « sois poli » ne signifie pas grand-chose. Il est fondamental qu’un professeur précise ses attentes et discute avec les élèves du comportement à adopter en classe.

Un élève impoli rencontre-t-il des difficultés particulières à l’école ?

Effectivement. Une étude a montré que quelques secondes suffisent pour susciter une mauvaise image. Face à un élève qu’il ne connaît pas, l’enseignant peut rapidement le définir comme antipathique et mauvais élève. Il y a alors des répercussions sur le comportement pédagogique du professeur. Ainsi, un élève qui ne dit pas « bonjour », « s’il vous plait », ou « merci » est moins soutenu. L’enseignant lui donne moins d’indications, moins d’encouragements. C’est d’autant plus vrai pour un adolescent avec lequel on est plus exigeant sur le respect de la politesse. Le phénomène existe également entre les élèves. Un jeune impoli avec ses camarades ne recevra pas d’aide de leur part. Il est donc pénalisé.

Face à de tels constats, pensez-vous que l’école doit apprendre la politesse aux élèves ?

Je ne prône pas les leçons de politesse en tant que telles. La politesse s’acquiert au fur et à mesure des situations sociales. Comme tous lieux de socialisation, l’école participe à cet apprentissage. Je pense plutôt que l’école doit expliciter les attentes qu’elle a vis-à-vis des élèves. C’est notamment fait dans les règlements intérieurs. Par ailleurs, il me semble très important de développer, chez les élèves, un regard critique sur leur comportement. Ils doivent connaître les normes en matière de politesse, et comprendre les conséquences sociales et scolaires en cas de non-respect de ces codes. Le but n’est pas de dire « il faut faire ça », mais « pourquoi doit-on faire ça ».

Comment l’enseignant peut amener ses élèves à réfléchir sur leur comportement ?

Il peut, par exemple, organiser des jeux de rôle. J’ai ainsi filmé des enfants en train de jouer des scènes de politesse et d’impolitesse. Lorsqu’ils ont visionné le film, les élèves étaient étonnés de l’impression qu’ils renvoyaient. Ils ont pris conscience de l’image qu’ils donnaient aux autres.

Il arrive également qu’un élève ait un mauvais comportement, car il a une mauvaise opinion de lui même. Le professeur peut alors dialoguer avec lui, l’encourager, afin de lui donner plus d’assurance.

Note(s) :
  • (1) « La Politesse à l’école », Edition PUG, 180 pages, 18€

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.