Pourquoi avez-vous choisi de vous adresser aux collégiens ?

Je crois beaucoup en la jeunesse. Elle est l’avenir. C’est la première génération à grandir dans un monde où les périls écologiques se sont multipliés, mais où la conscience de l’éco-responsabilité n’a jamais été aussi aiguë. Protéger la planète, c’est adopter des gestes simples, au quotidien. Il est difficile de changer les habitudes des adultes. Aussi, essayons de créer des réflexes chez les jeunes, en intégrant ces sujets dans l’enseignement.

En quoi consiste votre programme ?

Les 7031 collèges de France vont recevoir un kit, un outil pédagogique incluant un CD-ROM qui permet de découvrir de façon ludique la biodiversité marine, sa richesse et sa fragilité. Durant l’année scolaire, les élèves de chaque classe pourront travailler sur une affiche de campagne pour la biodiversité. Un concours d’affiches sera organisé en mars, et la classe gagnante partira en séjour au bord de la mer. Enfin, dans quelques semaines, nous embarquerons quatre jeunes déscolarisés sur le bateau d’expédition scientifique le Marion-Dufresne, qui part en mission pendant un mois dans le plus grand réservoir de la biodiversité, aux îles Kerguelen. Les jeunes vont faire un blog pour raconter ce qui se passe sur le bateau, et seront reliés en duplex avec des collégiens restés sur terre, pour répondre à leurs questions. L’émission « Envoyé spécial » enverra une équipe pour filmer l’aventure.

Pourquoi le thème de la biodiversité marine ?

La biodiversité marine est extrêmement riche mais pourtant méconnue. Aujourd’hui, seule 20% de la vie sous-marine a été identifiée. Les scientifiques ont répertorié plus d’un million d’espèces alors qu’il y en aurait entre 10 et 100 millions. Toutes ces espèces sont nécessaires à l’équilibre des océans, du requin à l’anémone de mer, du corail au plancton. La biodiversité est le socle de notre vie. Les océans régulent le climat, ils sont source d’oxygène et d’énergie.

Qu’est-ce qui vous a motivée, dans votre démarche ?

A travers ce programme, je voudrais transmettre aux jeunes mon amour pour la mer. S’ils l’aiment comme moi, ils vont la protéger. Je veux aussi les informer sur les menaces grandissantes qui pèsent sur elle. Quand on jette un plastique dans la Seine, on le retrouve dans le Pacifique : la pollution est une phénomène global, il faut en prendre conscience. Une masse immense de déchets est un train de se former au large de l’Antarctique, que l’on l’appelle le 8e continent. Il y a huit fois plus de plastique dans les océans que du plancton !

Rouja Lazarova