Le collège se trouve dans une situation « préoccupante ». C’est en substance ce qui ressort du rapport remis en fin de semaine dernière par le Haut conseil de l’éducation au président de la République. Pour le HCE, « le collège a été bâti sur le seul modèle du lycée général », tout en héritant « des déficiences de l’école primaire ».

Le texte dresse donc un constat alarmant : malaise des enseignants, incapacité à réduire les inégalités sociales, « performances médiocres et en baisse »… Ainsi, un élève sur cinq, soit environ 150.000 adolescents, sort-il du collège avec d’importantes lacunes en français et en mathématiques. Pour en améliorer l’efficacité, les neuf sages suggèrent notamment de revoir le temps de travail des enseignants, de fusionner les budgets du premier et du second degré ou de renforcer la continuité entre école et collège.

Après la remise du rapport, Nicolas Sarkozy a exprimé le souhait que le ministre de l’Éducation nationale réfléchisse « à une certaine diversification de l’offre d’enseignement au collège ». Pour le chef de l’État, «  une telle évolution constituerait un moyen efficace de lutte contre le décrochage scolaire ».

Luc Chatel a toutefois immédiatement prévenu dans le Monde : il ne prévoit aucune « grande réforme du collège d’ici 2012 ». Il envisage tout au plus des expérimentations à la rentrée 2011, dans deux directions : « une plus grande personnalisation des enseignements et une action sur l’orientation ». Selon son entourage, elles concerneront environ 250 établissements situés en éducation prioritaire, sur quelque 6.900 collèges au total.