Italie : Des grèves de la faim contre la précarité des enseignants

La réforme « Gelmini », lancée en 2008 en Italie, doit aboutir à la suppression de 130.000 postes d’enseignants en trois ans (une seule embauche pour cinq départs à la retraite). Il s’agit d’une réforme économique, sans le moindre fondement pédagogique, qui s’accompagne d’un processus de privatisation des universités, et de coupes de plusieurs milliards d’euros dans le budget de l’éducation. Les suppressions de postes concernent les 200.000 enseignants dits « précaires », qui effectuent surtout des remplacements. Seuls 120.000 d’entre eux ont travaillé régulièrement au cours de l’année passée. Sur ces 120.000, ils seront 15.000 à 20.000 à perdre leur poste cette année… Ils n’ont aucun recours. Depuis deux ans en effet, l’accès au concours de « l’habilitation », seule possibilité pour obtenir un contrat à durée indéterminée dans l’éducation, est bloqué. Les nouveaux recrutements ne font donc qu’accroître la précarité générale. Tout comme lors des rentrées 2008 et 2009, de nombreux mouvements de grèves et manifestations ont été organisés cette année. Les enseignants italiens sont de plus en plus nombreux à entamer des grèves de la faim. Mais pour la ministre de l’Education, Maria Stella Gelmini, les enseignants protestataires sont des sujets « politisés », avec lesquels elle ne compte pas ouvrir de dialogue. Elle continue à affirmer que sa réforme est appréciée par la majorité des Italiens.

Source(s) :
  • altritaliani.net - 13 septembre 2010,
  • leJDD.fr - 30 octobre 2008

Les commentaires sont fermés .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.