Comment l’enseignant doit-il adapter son travail face à une classe à niveaux multiples ?

Il doit gérer les élèves par groupes de compétences et mettre en place une pédagogie différenciée. Autrement dit, le professeur prépare un travail adapté aux différents niveaux. Les cours sont construits autour de travaux collectifs, mais dont les objectifs sont distincts. C’est la méthode finlandaise. Prenons l’exemple, en mathématiques, d’une leçon sur le cercle. Le premier groupe s’attachera simplement à la définition du cercle et à ses caractéristiques. Le second étudiera le périmètre, et le troisième, la surface. Si un élève progresse, il peut avoir la fierté de rejoindre le groupe du niveau supérieur. C’est une façon de valoriser les enfants et de pousser les plus faibles.

Quelles compétences particulières cela implique-t-il ?

Cette gestion de la classe nécessite une formation au diagnostic. L’enseignant doit être en mesure de repérer le niveau de chacun afin d’organiser les élèves par groupe de compétences. Il s’agit notamment de connaître la nature de l’erreur de l’élève. Pour cela, il faut évaluer le processus de raisonnement de l’enfant pour voir à quel moment il s’est trompé.

Les classes à niveaux multiples sont parfois mal vues des parents d’élèves…

C’est un tort. Ces classes permettent de gérer plus facilement les programmes par cycle et de mieux respecter le rythme de chaque élève. Un enfant peut ainsi prendre plus de temps dans une matière sans être séparé du reste de la classe. Les redoublements sont d’ailleurs moins nombreux en niveaux multiples que dans les classes traditionnelles.

Dans ce type d’organisation, les enfants doivent travailler en autonomie, souvent par groupe. Comment assurer le calme dans la classe ?

Dès le début de l’année scolaire, il faut se montrer très attentif sur ce point. Je conseille aux enseignants de construire, durant la première semaine, une charte de la classe avec les élèves. Ce document fixe les règles de respect des autres : il est interdit de crier, l’enfant doit demander l’autorisation avant de se déplacer… Les élèves sont ainsi impliqués dans la démarche et acceptent mieux les règles.

Quels conseils donneriez-vous aux enseignants nouvellement nommés dans une classe à niveaux multiples ?

Il est primordial de ne pas recréer plusieurs classes au sein de la classe. Si l’enseignant place par exemple les CM1 d’un côté, et les CM2 de l’autre, il casse toute dynamique. Il faut au contraire, gérer les groupes de compétences avec fluidité. Concrètement, un élève peut appartenir au groupe A en mathématiques, et au groupe B en français. De même, il peut progresser et être rattaché au niveau supérieur en cours d’année. Enfin, il est important de ne pas instaurer de hiérarchie entre les groupes de compétences. Il ne faut surtout pas les présenter comme les faibles, les moyens, et les bons. Changer de niveau ne doit pas être perçu comme une punition par l’élève.