Insultes, mises à l’écart, agressions physiques, les actes homophobes sont malheureusement présents dans les établissements scolaires. Pour lutter contre cette forme de discrimination, l’Education nationale et les académies mettent en place une série d’actions à destination des élèves, mais aussi des professeurs.

Des adolescents fragilisés

« Nous sommes face à un public en pleine construction d’identité sexuelle » explique Dorothée Heinrich, infirmière conseillère technique sur l’académie de Strasbourg. « Les adolescents qui se découvrent homosexuels sont plus fragiles. Ils éprouvent souvent beaucoup de souffrance, et abordent le sujet avec difficulté. Nous savons également que le risque de suicide est plus important chez ces jeunes. »

La ligne Azur ( 0810 20 30 40) permet à ces élèves d’être écoutés de façon anonyme et d’évoquer toutes questions liées à l’orientation sexuelle.

Sensibiliser les élèves

En parallèle, les associations SOS Homophobie et Contact organisent, sur l’ensemble du territoire, des rencontres débats dans les classes. « Comment sait-on que l’on est homosexuel ? » « Comment le dire ? » « Quelle est la réaction des parents ? » Autant d’interrogations auxquelles sont confrontés les adolescents : « Nous essayons que les élèves trouvent eux-mêmes les réponses en les renvoyant à leur propre expérience sentimentale », explique Michel Rey, en charge des interventions en milieu scolaire pour SOS Homophobie. « Je demande, par exemple, aux jeunes comment ils se sont rendu compte qu’ils étaient hétérosexuels. Je les fais réfléchir sur ce qui est, selon eux, masculin et féminin. Au final, ils réalisent que les vécus sont assez proches, que l’on soit hétéro ou homo. C’est une façon de lutter contre les stéréotypes.»

Les interventions sont également l’occasion de rappeler les conséquences des actes homophobes. « Nous insistons particulièrement sur la gravité de l’insulte, trop souvent banalisée. »

Des initiatives similaires existent aussi au niveau local. Ainsi, l’académie de Strasbourg organise chaque année le Mois de l’autre. « Cette opération est destinée à l’ensemble des lycéens », précise Yannick Maillet, délégué à la vie lycéenne. « Elle vise à promouvoir le respect de toutes les différences et à lutter contre la discrimination à travers une série d’actions et de débats. »

Former les personnels

L’académie a également mis en place une formation de deux jours à destination des professeurs et du personnel de santé. Objectif ? Apprendre à accompagner les jeunes qui connaissent des difficultés. « Il est important que l’élève soit accompagné par une personne ressource, comme une infirmière ou une assistante sociale », souligne Dorothée Heinrich. « Durant la formation, nous donnons quelques outils pour aider ces adolescents. Nous rappelons la législation sur les discriminations. Nous abordons aussi l’homosexualité sous l’angle sociologique et psychologique, en parlant de la construction de l’identité sexuelle et des pratiques. » La formation suscite l’enthousiasme des participants et va être reconduite en 2010/2011.

Les personnels ne bénéficiant pas de ce type d’initiative peuvent s’appuyer sur une brochure intitulée « L’homophobie, savoir et réagir », disponible sur le site Eduscol.