Après s’être limitée au secondaire hier, lundi, la grève s’étend aujourd’hui, dans le cadre de la journée d’action contre la réforme des retraites, à l’ensemble du système éducatif. C’est dans le primaire que le mouvement est le plus suivi : le ministère y a recensé 33,65% de grévistes, contre 30,88% lors de la dernière journée de protestation, fin juin.

Toujours selon les estimations officielles, le mouvement est suivi par 29,16% des enseignants dans les collèges, 27,02% dans les lycées professionnels et 20,68% dans les lycées d’enseignement général et technologique. Mais la traditionnelle bataille des chiffres entre gouvernement et syndicats est plus féroce que jamais. Hier, les estimations variaient déjà de 5,62% selon le chiffrage officiel à 30% selon le Snes.

Pour aujourd’hui, les syndicats de la FSU dénombrent 60% de grévistes dans le primaire, et 55% dans le secondaire, soit davantage que le 24 juin, et même plus du double en collèges et lycées.

Deux raisons expliquent ces écarts importants. D’abord, les pourcentages des syndicats n’intègrent pas les lycées professionnels, souvent peu mobilisés. Seuls 2,04% des enseignants y étaient par exemple en grève hier. Ensuite, ces chiffres syndicaux ne portent que sur les enseignants qui ont cours au moment du pointage. Les statistiques ministérielles englobent la totalité des effectifs, y compris les professeurs qui n’ont pas cours ou qui sont en arrêt maladie ou maternité.