Le cahier de textes numérique : un « véritable outil de travail »

Le cahier de textes numérique doit être généralisé à la rentrée. Le lycée Bascan à Rambouillet (Yvelines), est l’un des premiers établissements à avoir franchi le pas. Jean-Paul Bizeau, le chef de travaux, nous fait part de son expérience.

Depuis septembre 2009, le cahier de textes papier a disparu de votre établissement au profit d’une version numérique. Pouvez-vous nous présenter ce nouvel outil ?

Le cahier de textes numérique possède toutes les fonctions standards. Les enseignants l’utilisent donc pour décrire ce qu’ils ont fait en classe, les travaux réalisés, les objectifs atteints. Mais ils peuvent également ajouter une multitude de documents, comme des devoirs, des corrigés, des vidéos… Le cahier de textes devient ainsi un véritable outil de travail.

Qui a accès au cahier de textes en ligne ?

Tous les membres de la communauté éducative : les professeurs et les élèves bien sûr, mais aussi la direction de l’établissement et les familles. Chacun possède son identifiant et son mot de passe, mais les droits sont différents selon le profil de l’utilisateur. Par exemple, un enseignant a la possibilité de noter une information, ce que ne peut pas faire un parent d’élève.

Quels sont les avantages pour les élèves et leurs familles ?

Grâce au cahier de textes numérique, les élèves peuvent consulter les instructions laissées par les professeurs et savoir ce qui a été vu en cours. Ils ont aussi la possibilité d’envoyer un message à leur enseignant pour demander des précisions. Il est donc plus simple de rattraper une leçon en cas d’absence. A Bascan, nous recevons des jeunes footballeurs en formation à Clairefontaine. Ils sont souvent en déplacement, le cahier de textes numérique est donc très pratique pour eux. Quant aux parents, ils sont très intéressés, car ils suivent plus facilement la scolarité de leur enfant. Ils ont ainsi accès à ses devoirs et à ses notes.

Et pour les enseignants ?

Ils n’ont plus besoin de transporter toute leur documentation puisqu’ils peuvent déposer leurs ressources sur le cahier de textes. Le cours se fait ensuite grâce à un vidéoprojecteur ou à un tableau blanc interactif. Les élèves ne sont donc pas obligés d’avoir la ressource devant eux. D’autre part, l’enseignant peut, grâce au numérique, reprendre une séquence d’une année sur l’autre. Ainsi, il n’a pas à recréer un cahier de textes de A à Z. Si la première utilisation est parfois un peu compliquée, au final, le professeur gagne réellement du temps. Enfin, le cahier de textes numérique facilite grandement la communication interne à l’établissement, d’autant que notre lycée s’étend sur plus d’1km ! Il est par exemple plus facile pour le chef d’établissement de viser les cahiers de textes.

2 commentaires sur "Le cahier de textes numérique : un « véritable outil de travail »"

  1. pilou  4 septembre 2010 à 12 h 26 min

    Bonjour,
    Je suis totalement d’accord avec les différents intérêts développés dans cet article. Je souhaite simplement apporter une petite précision sur ce terme de « Cahier de texte numérique ». Je m’explique : en tant que parent, j’ai accès à deux cas:
    1er : simple cahier de texte, où certains (pas tous) profs mettent les devoirs, parfois les document, souvent juste l’intitulé. Certains mettent des documents autres, des extraits de cours, etc… C’est bien un cahier de texte.
    2ème : ressemblant au lycée Bascan, j’y trouve tout : les manuels, l’enregistrement des séquences des cours faits sur tableau numérique, des documents d’enrichissement et d’approfondissement, le suivi de mon fils, son dossier administratif… cela est un cartable numérique ? un bureau numérique ? Aidez les parents à s’y retrouver, aidez les profs à s’y retrouver (l’engagement n’est pas le m^me, le changement de méthode de travail non plus), aidez nous à savoir de quoi on parle.

    MerciSignaler un abus

    Répondre
  2. yann  4 septembre 2010 à 21 h 01 min

    Très bien le cahier de textes numérique, très bien l’utilisation de l’informatique.Mais quand et dans quelles conditions les élèves et les professeurs ont-ils appris à « taper » à la machine?Avec quelle(s) méthode(s)?Ou bien utilisent-ils deux doigts , l’oeil rivé sur le clavier?Perte de temps pour écrire ou plutôt taper une page(c’est long quand on ne connaît pas la dactylographie)Mais j’oublie: il y a sans doute des miracles……..Il ne faut pas passer à côté de l’outil informatique,mais il faut permettre aux intéressés d’avoir une formation…..Est-ce le cas?
    Yann, un ancien, retraité….Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.