En matière d’EDD, la France est-elle en retard par rapport à ses voisins européens ?

Elle l’a été, mais ce n’est plus le cas, bien au contraire ! Tout commence à la fin des années 70. En adoptant une circulaire(1) sur l’éducation à l’environnement, la France fait figure de précurseur. Des projets émergent alors un peu partout, mais sans que cela corresponde à un projet éducatif cohérent, inscrit dans une politique nationale. C’est au milieu des années 2000, avec la circulaire du 8 juillet(2) 2004, que le ministère de l’Education nationale met en place une politique volontariste « d’éducation à l’environnement pour un développement durable ». Ce texte prévoit sa généralisation à tous les niveaux scolaires, de la maternelle au lycée, avec une double intégration, dans les programmes d’enseignement et dans les projets d’établissements. C’est une étape cruciale ! En 2007, une nouvelle circulaire(3) impulse une seconde phase de généralisation sur trois ans. Toutes les disciplines sont invitées à apporter leur contribution à ce qui devient alors « l’éducation au développement durable ». En quelques années, l’EDD a gagné un terrain considérable. Et aujourd’hui, on peut affirmer que la France fait partie des pays les plus en pointe dans ce domaine.

Comment l’EDD est-elle inscrite dans les programmes d’enseignement ?

Ces dernières années, le renouvellement des programmes de tous les niveaux nous a donné l’occasion d’inscrire, de manière très forte, les questions d’EDD dans les enseignements de nombreuses disciplines. C’est un changement majeur. En primaire par exemple, on trouve des thématiques d’EDD complémentaires en sciences en en géographie. Au collège, l’EDD n’est plus seulement intégré dans les disciplines scientifiques ou en technologie. Dès la rentrée 2010, tout le programme de géographie de 5ème est consacré au développement durable. Même chose au lycée, notamment en SVT et physique-chimie ou dans la nouvelle série STIDD (sciences et techniques de l’industrie et développement durable). Les programmes de géographie des classes de seconde générale et professionnelle s’intitulent « Sociétés et développement durable ». C’est une vraie révolution !

Quels sont les prochains défis ?

Dès septembre 2010, nous allons mettre l’accent sur l’inscription de l’EDD dans les projets d’établissements. C’est le second volet essentiel de notre politique. La formation initiale et continue des enseignants aux questions de développement durable constitue un autre enjeu majeur. Aujourd’hui, les problématiques environnementales sont encore souvent privilégiées dans les enseignements, au détriment des questions économiques, sociales et culturelles, tout aussi essentielles dans une perspective de DD. Il faudra encore du temps pour que cela change, mais nous sommes sur le bon chemin !

Stéphanie Cayrol

Pour en savoir plus : www.education.gouv.fr/cid205/l-education-au-developpement-durable.html