En France, l’économie sociale n’est devenue une réalité politique qu’en 1983, avec la loi du 20 juillet « relative au développement de certaines activités d’économie sociale ». Depuis, la crise de confiance qui ébranle l’économie traditionnelle n’a fait que renforcer l’intérêt envers ce pan de l’économie axé sur l’humain, et qui privilégie l’équité, la proximité et la convivialité.

Il est généralement difficile d’en avoir une vision globale, car des législations différentes s’appliquent aux branches qui la composent : associations, coopératives, mutuelles, fondations… L’économie sociale reste morcelée, et recouvre des réalités diverses suivant les pôles d’activité.

En l’absence d’un « Code de l’économie sociale », le livre de Thierry Jeantet permet d’établir un panorama complet de ce secteur, de ses origines historiques pluriséculaires aux plus récentes dispositions statutaires. L’auteur passe en revue les dispositifs nationaux aussi bien que les tendances européennes, et liste les nouveaux enjeux éthiques propres à cette économie à travers des exemples concrets. Pour n’en citer qu’un, on y découvre en quoi la loi LRU de 2007 modifie les frontières traditionnelles entre le domaine public, l’économie sociale et le privé, puisqu’elle permet désormais aux universités de créer des fondations pour canaliser les investissements extérieurs.

Une source d’informations claires et utiles, sur un secteur qui représenterait plus de 10% du PIB, ainsi que 10% des emplois salariés en France.

Economie sociale – La solidarité au défi de l’efficacité, par Thierry Jeantet, préface de Michel Rocard (La Documentation Française)