Suite à la lecture d’un article dans The Guardian paru à l’occasion du trente-cinquième anniversaire du mot  « réchauffement climatique », la journaliste s’arrête sur cette question posée par le quotidien britannique. Et se livre à une recherche lexicale pointue.

« Depuis le début, si le terme ‘réchauffement climatique’ (‘global warming’) est le plus communément répandu, il n’a jamais cessé d’être décrié, nombre d’auteurs lui préférant celui de ‘changement climatique’ (‘climatic change’) » explique-t-elle ainsi. Certains cependant n’hésitent pas à le qualifier de réchauffement anthropique –donc entièrement lié à l’activité humaine-, et un des journalistes du Guardian va même jusqu’à parler de ‘climate breakdown’, soit de ‘rupture climatique’. Ceux qui n’y croient pas du tout parlent sans ambages de ‘canular climatique’.

Qui sait, bientôt sur Terre aurons-nous des températures proches de notre voisine du système solaire : un bon 464°C permanent, comme sur Vénus…

Certes, c’est très très exagéré, mais lorsque l’on lit sur le site du Nouvel Obs que « La Russie vit sa pire canicule depuis 1000 ans », n’a-t’on pas quelque raison d’être un peu inquiet ?