De la pénicilline de Fleming au post-it ou à la vulcanisation du caoutchouc en passant par la radioactivité de Becquerel ou la vaccination de Pasteur, ce qui constituait initialement des erreurs a ponctué l’histoire de la recherche et des découvertes scientifiques.

Prendre le risque de se tromper pour mieux trouver, c’est donc ce que propose, à Paris, un festival de sciences à l’intention des enfants et adolescents. Organisé dans les locaux de l’Ecole Normale Supérieure, rue d’Ulm, depuis hier, mercredi, et jusqu’à samedi, « Détrompez-vous ! Un festival d’erreurs », dont l’accès est libre et gratuit, s’adresse aux jeunes de 6 à 18 ans et leur propose une trentaine d’animations, spectacles et rencontres avec des scientifiques.

Objectif affiché par les organisateurs : « pousser les enfants à expérimenter, à ne pas avoir peur de se tromper en testant ». Car, d’après des études de l’OCDE, les enfants français n’osent pas lever le doigt en classe de peur de se tromper et de faire l’objet de moqueries.

Ciblant en particulier les jeunes des milieux défavorisés, l’association qui organise le festival depuis 2006, constituée d’étudiants et chercheurs des instituts de la Montagne Sainte-Geneviève, veut aussi toucher les enfants qui ne partent pas vacances, les centres aérés et les MJC, pour leur faire découvrir le monde de la science, les sensibiliser à la démarche de recherche, au questionnement, et encourager les vocations.