Jean-Louis Servan-Schreiber : « La priorité pour les enseignants, c’est d’apprendre aux élèves la capacité d’attendre »

Jean-Louis Servan-Schreiber dans son livre "Trop vite !" (1) montre comment nous sommes devenus "prisonniers du court terme", qui affecte notre société et notre quotidien. Dans un entretien exclusif, il nous explique que le court-termisme touche aussi l’école.

Vous écrivez :  « Un des objectifs essentiels de l’éducation à la vie en société n’est-il pas l’apprentissage de la satisfaction différée ? ». Et un peu plus loin : « On a observé que chez les enfants qui savent attendre dix minutes, les chances de réussite scolaire ultérieures sont nettement accrues ». Finalement, cet apprentissage ne devrait-il pas précéder tous les autres ?

En effet, ce qui manque le plus à mes yeux en général dans le système éducatif, c’est que l’on privilégie beaucoup plus l’acquisition de connaissances que l’acquisition de comportements. Dans notre époque caractérisée par l’interaction numérique du monde entier – à titre indicatif 5 milliards de téléphones portables sont utilisés aujourd’hui-, la connaissance est dévalorisée, elle est devenue beaucoup plus accessible par le biais de multiples canaux. Mais ce qui l’est moins et qu’il faut absolument acquérir, c’est le mode d’emploi humain de tous ces éléments. Car avec l’avènement de l’électronique s’est développée l’impatience, quel que soit l’âge. La priorité pour les enseignants, c’est donc d’apprendre aux élèves la capacité d’attendre et de mûrir une question, quelle que soit la discipline.

Dans une société où règne le court-termisme, comment le temps de l’apprentissage peut-il encore trouver sa place ? Ces deux temporalités ne sont-elles pas incompatibles ?

On ne peut pas dire qu’elles sont incompatibles, mais elles sont certainement antinomiques. Cependant chacun d’entre nous en fait l’expérience : à certains moments, nous penchons plus du côté de l’analyse, du recul, et à d’autres du côté de l’adaptation à de multiples situations et de la performance. L’enseignant doit trouver le juste milieu entre ces deux composantes, l’équilibre entre les deux étant central dans le bon fonctionnement de la société humaine.

L’enseignant doit donc trouver le savant dosage entre le temps nécessaire à l’apprentissage et le « zapping » permanent dans lequel vivent aujourd’hui les élèves ?

Oui, j’ai d’ailleurs rencontré des enseignants qui par exemple utilisent désormais twitter en classe.

C’est peut-être une des façons de trouver le savant dosage ?

Cela aide peut-être, mais l’idée de faire passer un enseignement dans des modules de 140 signes est quand même loin des humanités ! D’autre part, il y a le danger pour les élèves de ne plus supporter que les temporalités brèves, et de renforcer l’impatience dont je parlais. Et aussi de ne plus pouvoir faire preuve de concentration. L’habitude de ne plus fonctionner que par modules courts conduit par exemple à ne plus pouvoir supporter des textes d’une certaine longueur.

D’où la menace qui pèse sur les sciences humaines dans certaines universités, comme le soulignait Martha Nussbaum dans Courrier International (2). Les formations courtes ultraspécialisées et directement opérationnelles en entreprise ont la vedette, au détriment des formations en philosophie, histoire, lettres… Est-il encore temps de contrer cette réalité, de réhabiliter ces disciplines, ou d’après vous, le mouvement est-il inéluctable ?

Je ne crois pas que l’on puisse le contrer. Il ne sera pas possible d’obtenir que le niveau culturel de tous soit uniforme. Cela n’a de toute façon jamais été le cas dans l’histoire. Mais certaines personnes conserveront toujours le leadership, et seront toujours très solidement formées culturellement. Et je suis optimiste : il y aura toujours une élite et elle est aujourd’hui beaucoup plus importante qu’il y a un siècle ou deux.

Vous terminez d’ailleurs votre livre sur une note très optimiste. Vous dites : « la prise de conscience environnementale est forte chez les enfants et les plus jeunes : les espoirs de la planète reposent sur les nouvelles générations. La facilité avec laquelle les enfants se mobilisent est exemplaire. Ils sont vite devenus militants du tri sélectif, de la défense des espèces menacées, des économies d’énergie. Le long terme, c’est leur existence même ». Finalement, un retour vers une temporalité raisonnable n’est-il pas en train de se faire ?

Je ne dirais tout de même pas que les choses sont en train de s’inverser, car nous n’en savons rien. Je constate juste que les jeunes sont les plus capables d’enthousiasme. Si l’état de la société est d’orienter les plus jeunes vers de nobles causes, et en cela la société occidentale n’est pas trop mal partie, ils sont les plus aptes à recevoir ces idéaux. Mais c’est provisoire, car tous les dix ans arrive une nouvelle génération à former.

Les enseignants ont là un rôle crucial à jouer…

On l’espère. Ils doivent y mettre un peu plus d’ardeur…

 

 

Crédit photo – Tim Perceval

Note(s) :
  • (1) Jean-Louis Servan-Schreiber « Trop vite !, Pourquoi nous sommes prisonniers du court-terme », Albin Michel
  • (2) Courrier International du 24 juin, dans le cadre du dossier dossier « Où va l’université », cite Martha Nussbaum, grande philosophe américaine contemporaine : « ce que nous pourrions appeler les aspects humanistes de la science et des sciences sociales est également en recul, les pays préférant rechercher le profit à court terme en cultivant les compétences utiles et hautement appliquées adaptées à ce but ».

Partagez l'article

3 commentaires sur "Jean-Louis Servan-Schreiber : « La priorité pour les enseignants, c’est d’apprendre aux élèves la capacité d’attendre »"

  1. fredm  31 juillet 2010 à 7 h 01 min

    Article très intéressant; mais les mots de la fin me déplaisent. JLSS dit que les enseignants « doivent y mettre plus d’ardeur ». Là, je bondis!!! La question est de savoir pourquoi il y a un tel manque d’ardeur! Y-a-t-il vraiment un manque d’ardeur de la part des enseignants?
    Quand on entend, voit et subi tous les sarcasmes du gouvernement vis à vis des enseignants, on peut comprendre qu’un manque d’ardeur au travail se fasse ressentir! Moi, je n’ai qu’une envie, quitter l’enseignement!!!! et pourtant, que je me suis éclater en classe!!!!Signaler un abus

    Répondre
  2. Bruno Devauchelle  31 juillet 2010 à 10 h 32 min

    Dommage que les réponses qu’apportent M Servan Schreiber ne soient pas plus précises. S’il était plus proche de certains lieux éducatifs il verrait que ce qu’il dit n’est que la répétition de propos déjà anciens. Son propos pourrait, devrait être davantage étayé pour sortir des allant de soi. On peut aussi se demander s’il ne faudrait pas le confronter avec M Fourgous…. il y aurait surement à dire.
    La plupart des propos tenus ici ne sont que l’écho de ce qu’un certain nombre d’entre nous disons depuis trop longtemps…Signaler un abus

    Répondre
  3. lolocamping  1 août 2010 à 12 h 48 min

    On ne peut être que d’accord avec ce que dit Mr Servan Schreiber en tant qu’enseignant mais qu’il lise les programmes et il verra qu’ils sont loin de ces reflexions sur l’apprentissage de comportements et sur l’importance d’attendre et bien sûr d’apprentissage…Dernier point : faisons la différence entre apprendre et enseigner : ce sont les élèves qui apprennent, nous, on enseigne !Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.