Intitulé « Les Français, mauvais élèves du secourisme », l’article donne d’abord des chiffres très parlants : « plus de 60 % des Français ne connaissent pas les gestes qui sauvent ». Ils ne sont que 20% dans ce cas chez les Allemands et les Scandinaves.

Pourtant chacun peut être amené un jour à avoir besoin de pratiquer ces gestes d’urgence, y compris sur un proche.

Alors, pour une cause aussi importante, comment expliquer des chiffres aussi catastrophiques ?

Le problème réside dans l’absence totale de formation. « Il n’existe aucun plan national sur le secourisme en France » signale ainsi l’article.

L’Académie de médecine, consciente de cette grave lacune, propose donc de rendre obligatoire la formation aux premiers gestes de secours, à l’école tout d’abord, puis en entreprise, et même lors du passage du permis de conduire.

Ne serait-ce pas là une requête à adresser au ministère de l’Education nationale ? Ne faudrait-il pas en effet inclure cette formation dans le parcours scolaire et universitaire ?