Le Conseil d’État vient d’annoncer dans un communiqué avoir suspendu pour vice de procédure cinq arrêtés organisant la session 2011 de plusieurs concours de recrutement des enseignants.

Après la publication, début mai, de ces arrêtés par le ministère, l’association Sauvons l’Université, la fédération de parents d’élèves FCPE et Sud Éducation avaient déposé des requêtes en annulation auprès du juge des référés. Ce dernier leur a donc donné raison, liant le vice de procédure à «l’absence d’avis conforme du ministre chargé de la fonction publique sur ces arrêtés.» L’ordonnance précise par ailleurs que l’État devra verser 1000 euros à chacune des trois organisations.

Cet avis conforme ayant été transmis le lendemain de la publication des arrêtés, la décision du Conseil d’État ne devrait toutefois pas avoir d’impact sur le déroulement des concours. En effet, d’après le communiqué, le ministre de l’Éducation nationale «a la possibilité de reprendre très rapidement des arrêtés [et] les candidats inscrits n’auront pas à renouveler les démarches en vue de leur inscription».

Par ailleurs, selon ses initiateurs, la pétition dénonçant la réforme a franchi le cap des 100.000 signatures. Le texte, notamment signé par la FSU (première fédération de l’enseignement), la CGT Educ’Action, Sud Éducation ou les parents d’élèves de la FCPE, dénonce une réforme «bâclée», qui impose aux candidats de préparer la même année un mémoire de master et un concours, puis de prendre en charge des classes sans y avoir été sérieusement préparés.